Voyage en Mongolie Voyages et randos à cheval
 
Accueil voyages en Mongolie Accueil - Voyages en Mongolie
voyage-en-mongolie-souligneur
Randonnées à cheval en Mongolie Randonnées à cheval
voyage-en-mongolie-souligneur
Mongolie - Voyages en 4x4 en Mongolie Voyages en 4x4    
voyage-en-mongolie-souligneur
Treks et randonnées à pied en Mongolie Randonnées à pied  
voyage-en-mongolie-souligneur
Randonnées en Mongolie en vélo ou vtt Randonnées à VTT    
voyage-en-mongolie-souligneur
Séjours en famille en Mongolie Séjour en famille    
voyage-en-mongolie
Hébergement, visites et interprètes en Mongolie Hebergement et interprètes
voyage-en-mongolie
Passage de la frontière Chine - Mongolie, en train, transsibérien, transmongolien, bus ou jeep Frontière Chine Mongolie
voyage-en-mongolie-souligneur
Tout savoir sur les VISAS Visas et Ambassades
voyage-en-mongolie-souligneur
 Ecrire par email à Cassiopée, agence franco-mongole en Mongolie Nous écrire
voyage-en-mongolie-souligneur

- - - Informations -

voyage-en-mongolie-souligneur
Informations nécessaires pour la préparation d'un voyage en Mongolie Le voyage en Mongolie 
voyage-en-mongolie-souligneur
Téléphone et électricité en Mongolie Téléphone électricité
voyage-en-mongolie-souligneur
Le réseau routier en Mongolie Le réseau routier
voyage-en-mongolie-souligneur
Idées de prix en Mongolie Les prix en Mongolie
voyage-en-mongolie-souligneur

- - - Société - Reportages

voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie d'un jeune homme souhaitant devenir lama Jeune moine futur lama
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie d'une jeune femme couturière souhaitant devenir styliste de mode Couturière, styliste de mode
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie d'un jeune homme technicien réparateur de téléphones Réparateur de téléphone
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie d'une femme salariée d'une tannerie Employé de tannerie
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie de l'un des plus importants lamas de Mongolie Lama Lovon de Mongolie
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie d'une jeune femme destinée à devenir chamane Apprentie chamane
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie d'une professeur de mongol langue étrangère Prof de mongol en anglais
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie du chef d'une entreprise informatique Chef d'entreprise informatique
voyage-en-mongolie-souligneur
Reportage en Mongolie sur la vie d'un couple d'artistes peintres Couple d'artistes peintres
voyage-en-mongolie-souligneur
Autres reportages sur la société et la vie en Mongolie Autres articles sur la Mongolie
- - - Culture -
voyage-en-mongolie-souligneur
Livres sur la Mongolie Livres sur la Mongolie
voyage-en-mongolie-souligneur
Films sur la Mongolie Films sur la Mongolie
voyage-en-mongolie-souligneur
Alphabet et lexique de langue mongole Alphabet et lexique mongol
voyage-en-mongolie-souligneur
Galeries photos sur les randos à cheval en Mongolie Photos Randos cheval
voyage-en-mongolie-souligneur
- - - Documents
voyage-en-mongolie-souligneur
Atlas routier et cartes IGN détaillées de Mongolie Atlas et cartes de Mongolie
voyage-en-mongolie-souligneur
Dictionnaires et méthodes de langue mongole Méthodes et dictionnaires
voyage-en-mongolie-souligneur
Conditions générales des voyages, séjours, treks et randos à cheval en Mongolie Conditions générales
voyage-en-mongolie-souligneur
Accueil voyages Qui sommes nous ?
voyage-en-mongolie-souligneur
 
  Connexion :
 
Pour nous contacter, [cliquez-ici].
 
Par téléphone en Mongolie :

- Suvdaa : +976 99 10 09 02
- Ceji :      +976 99 12 87 20

Voyage Mongolie Rando Cheval Trek Randonnée Gobi Nomades pleine Nature Paysage Yourte Mongol Vacances  Guest-House

Organisation de voyages, de séjours et de randonnées à cheval en Mongolie. Randos à cheval et à pied, séjours, treks, voyages en 4x4 au meilleur prix.

Rando cheval en Argentine
 Le cinéma mongol ou filmographie de Mongolie

Le cinéma mongol ou filmographie de Mongolie

Il y a huit siècles, Gengis Khan fondait l’empire mongol. La Mongolie, dont le territoire s’est réduit au fil de l’histoire, reste l’un des plus beaux pays au monde. Les chameaux du désert, les chevaux sauvages des steppes, les échos du morin huur et du chant diphonique fascinent le voyageur, tandis qu’au détour d’un monastère bouddhique ou d’une yourte, le passant surprend parfois d’étonnants lutteurs. C’est avec « L’histoire du chameau qui pleure », que le cinéma mongol a été récemment découvert par le grand public. Mais le patrimoine cinématographique mongol est bien plus ancien. Du Chemin de Norjmaa (1938) jusqu’au Chien jaune de Mongolie (2006), les réalisateurs mongols, formés à la célèbre école de cinéma d’Etat russe V.G.I.K, nous content l’histoire humaine de ce pays. Sans oublier la surprise : Jeanne d’arc de Mongolie, le dernier film joué par Delphine Seyrig !
 

L’histoire du chameau qui pleure

Fiction de Luigi Falorni et Byambasuren Davaa, 2003, 90 minutes.

C’est l’été en Mongolie. Une famille de nomades aide les chamelles du troupeau à mettre bas. L’une d’elles y parvient difficilement. Dès la naissance, elle se désintéresse de son bébé et lui refuse son lait. La tradition veut qu’on fasse venir un violoniste pour émouvoir la chamelle et la réconcilier avec son bébé chameau...

Le rêve mongol

Documentaire d’Alain Moreau, 2004, 49 minutes.

Le grand khan Kublaï, était le petit-fils de Gengis Khan. Né en 1214, l’homme résume à lui seul douze siècles d’invasions. Son grand dessein sera de compléter la conquête de la Chine du Nord par son grand-père, en soumettant la Chine du sud. Désormais, la Chine, le Turkestan, la Perse et la Russie sont réunis en un seul Empire sous l’autorité des princes mongols. C’est l’avènement de la dynastie mongole des Yuans qui va s’inscrire pour un siècle dans la lignée des dynasties chinoises. Pour la première fois de son histoire, l’Empire du Milieu s’ouvre sur l’extérieur et noue des relations directes avec la Perse et l’Occident, les Mongols ouvrent les deux routes transcontinentales fermées depuis la fin de l’Antiquité. En 1275, un marchand vénitien de passage à Taï-tou demande à être reçu par Kublaï, son nom : Marco Polo. Kublaï s’éteint à Pékin en 1294. Il a 80 ans. Il aura fallu soixante dix ans aux cavaliers nomades des steppes pour réaliser le rêve d’Alexandre le Grand, réunir l’Orient à l’Occident.

Tempête sur l’Asie (Le descendant de Gengis Khan)

Fiction de Vsevolod Poudovkine, 1927, sonorisé en 1949, 95 minutes.

Au début des années vingt, dans la Mongolie occupée par l’armée anglaise, Bair, un jeune trappeur est honteusement roulé par un américain, négociant en fourrures. Déçu et révolté, il s’engage auprès des partisans et se fait capturer par les Anglais, qui découvrent sur lui une amulette qui le fait passer pour un descendant de Gengis Khan. Ils décident alors de l’utiliser afin d’amadouer le peuple mongol, et le transforme en roi fantoche. Poudovkine est avec Eisenstein, Vertov ou Dovjenko l’une des figures de proue du jeune cinéma soviétique des années vingt. Chef d’œuvre du cinéma soviétique, la lumière, le cadre, la direction d’acteurs sont la marque de la prestigieuse école de cinéma V.G.I.K dont seront issue la plupart des réalisateurs mongols.

Le chien jaune de mongolie

Fiction de Byambasuren Davaa, 2006, 93 minutes

Nansal, une gamine de six ans, est l’aînée d’une famille de nomades du Nord de la Mongolie. Un jour, elle ramène chez elle un chien abandonné, mais son père pense qu’il va leur porter malheur et veut qu’elle s’en débarrasse. Nansal tente de le cacher, mais le jour où la famille déménage, elle doit abandonner le chien. Ce n’est que lorsque son père découvrira que son dernier-né, un bébé de quelques mois, a été sauvé d’une attaque de vautours grâce au chien de Nansal, qu’il accueillera enfin l’animal au sein de la famille.

Aldas

Fiction de C. Jumdaan, 1994, 83 minutes.

Tamir, jeune boxeur élevé par son grand-père dans la tradition mongole, quitte la campagne pour Oulan-Bator où il intègre l’équipe de boxe de Mongolie entraînée par Bold. La rencontre de Tamir avec Sarangua, fille de Bold, va détourner le futur champion de sa voie. Sarangua, enfant d’une société privilégiée, fréquente une bande de jeunes gens provocateurs, attirés par le mirage des sociétés occidentales. Provoquant son père, elle entraîne Tamir à sortir, à boire et à négliger son entraînement. Trop amoureux, Tamir n’entend pas les avertissements de Bold et l’équipe de boxe partira sans lui en tournée européenne.

Les bardes de Gengis Khan

Documentaire de Martine Assoune, 1998, 52 minutes.

Ghan va avoir treize ans. Jeune garçon mongol, il vit avec sa famille dans les steppes proches de Oulan-Bator. Descendant d’une lignée de bardes, il est temps pour lui de s’initier aux techniques de chant épique et diphonique, et d’étudier l’histoire de son peuple. Pour compléter son enseignement, Ghan devra apprendre à monter à cheval afin de participer au Nadaam, la fête nationale mongole.

Les liens du sang (Khuin kholboo)

Fiction de J. Binder, 1992, 85 minutes.

Le jeune Tovuu est très lié à Burmaa, son amie d’enfance. Mais Tovuu épouse une autre jeune femme, Yangin. Burmaa est très affectée par ce mariage et perd accidentellement la vue. Sur le conseil de Tovuu, Burmaa décide d’avoir un enfant avec lui afin qu’il puisse veiller sur elle plus tard. N’ayant pas les moyens d’élever son enfant, Burmaa décide de partir vivre ailleurs. Elle laisse son enfant à Tovuu. Yangin s’en occupera comme du sien.

Le long voyage de Tsogt

Documentaire de Xavier Simon, 1997, 58 minutes.

Depuis la perte de ses parents alors qu’il avait dix ans, Tsogt chante pour survivre à la douleur. Pour apprendre le chant, Tsogt est parti de son pays natal (alors occupé par les Chinois) pour aller au conservatoire de Pékin, puis à Oulan-Bator, la capitale de l’autre Mongolie. C’est sur le tournage d’Urga, de Nikita Mikhalkov, où il est comédien, que Xavier Simon, alors assistant réalisateur, le rencontre : il est subjugué par cet homme au physique et à la voix hors du commun. Depuis quelques années, Tsogt vit à Paris, où il est venu apprendre le chant lyrique : il rêve de devenir chanteur d’opéra.

L’empereur des steppes

Documentaire de Pierre Fauque, 2001, 52 minutes.

Une immense tombe de 1000 m2 perdue dans les steppes de Mongolie au milieu d’une nécropole oubliée de plusieurs centaines de tombes. Une mission archéologique qui pendant 2 ans va tenter de percer à jour les mystères de cette sépulture. Un chantier archéologique énorme où 20 000 m3 de terre doivent être dégagées avec des engins de terrassement, sous le regard de cavaliers mongols. L’objectif : atteindre la chambre funéraire. Une course contre le redoutable hiver mongol. Au jour le jour, une aventure qui raconte la recherche des vestiges d’un Empereur d’une civilisation qui a fait trembler l’Empire chinois : Les Xiongnus.

Le chemin de Norjmaa (Norjmaaguynzam)

Fiction de Temet Natsagdorj, 1938, 24 minutes.

A Oulan-Bator, dans les années trente, Norjmaa prépare la venue au monde de son troisième enfant. Le père de Norjmaa fait appel à un lama médecin afin qu’il suive sa grossesse. La voisine de Norjmaa, Tserendulam, qui elle aussi est enceinte, fait elle confiance à la médecine moderne et se rend régulièrement à l’hôpital. En 1938, Temet Natsagdorj, ayant suivi une formation en Allemagne, réalise "Norjmaaguyn Zam" (Le chemin de Norjmaa) ; il s’agit du premier film réalisé par un Mongol. Film de propagande, "Nordjmaguyn Zam" fait l’éloge de la médecine moderne, condamnant le lamaïsme et ses pratiques traditionnelles. Temet Natsagdorj disparaît par la suite, victime de la répression politique.

Nouvel an (Shine jil)

Fiction de Tseveenli Zandra, 1954, 33 minutes.

Poutsag est employé dans une usine d’Oulan-Bator. Alors qu’il a atteint les objectifs de travail fixés par l’usine avant la fin de l’année, Poutsag et ses amis décident de fêter l’événement. Il demande à sa mère d’organiser un dîner pour le nouvel an. Surprise de célébrer la nouvelle année en ce mois d’avril, elle croit plutôt que ces réjouissances annoncent le mariage prochain de son fils.

Le réveil (Serelt)

Fiction de S. Gueden, 1957, 85 minutes.

Purevjav, célèbre professeur de médecine, se souvient de son enfance. Il étudiait alors la médecine traditionnelle auprès d’un vieux lama. Un jour, une doctoresse russe vient s’installer dans le pays. Mais la jeune femme attend des mois avant de recevoir son premier patient. Elle parvient néanmoins peu à peu à gagner la confiance de la population. Lorsque la sœur aînée de Purvjav tombe malade, sa famille très croyante, préfère la faire soigner par le lama plutôt que de consulter la médecine russe.

 

 

Esprit nouveau

Documentaire de Charles Stépanoff, 2005, 75 minutes.

En Sibérie méridionale, chez les nomades de la steppe où l’on s’attendrait à voir les traditions les mieux conservées, le chamanisme est aujourd’hui à peu près oublié après 70 ans de répression antireligieuse. L’exploration du film s’oriente vers les villes où la population a été sédentarisée, et où des chamanes d’une nouvelle génération, issus de l’intelligentsia soviétique, s’organisent et reçoivent leurs clients dans de véritables hôpitaux improvisés. Les dialogues entre le grand chamane Kara-Ool et ses patients sont l’occasion d’une plongée intime dans une société sibérienne profondément déstabilisée, mais en quête de racines et d’identité. Figure charismatique, le chamane Kara-Ool est confiant dans l’avenir, d’autant qu’il reçoit la collaboration enthousiaste de touristes mystiques venus d’Occident.

Oboo

Documentaire de Véronique Legendre, 1993, 45 minutes.

Qui se souvient qu’au siècle dernier sous l’influence chinoise, la Mongolie fut le plus puissant centre spirituel du bouddhisme, mais les princes de la foi allaient bientôt se voir disputer le monopole de la pensée par les nouveaux missionnaires communistes. En 1937, ce pays subit les affres d’un dictateur, le maréchal Tsoibalsan qui terrorisa son peuple pendant plus de vingt ans, sous les applaudissements de Moscou et l’œil vigilent de son maître Staline. La Mongolie fut le premier état communiste de l’Asie. Le clergé bouddhique entend aujourd’hui retrouver ses droits, mais comment voit-il ses relations avec le chamanisme ?

Molom, conte de Mongolie

Fiction de Marie Jaoul de Poncheville, 1995, 93 minutes.

« Au pays de Gengis Khan, un chamane des temps anciens prend sous son aile un enfant perdu et le guide vers son destin. » L’histoire d’un voyage initiatique : celui de Yonden, élevé par les loups, et de Molom, un vieux sage qui va lui enseigner les clés de la connaissance. Yonden deviendra chamane à son tour.

Yönden

Documentaire de Marie Jaoul de Poncheville, 2002, 90 minutes.

En 1992, Marie Jaoul de Poncheville avait tourné Molom, conte de Mongolie. Ce conte traditionnel racontait l’histoire d’un enfant et d’un chamane incarné par Tsedecol. Depuis, ce dernier est décédé, mais la cinéaste a gardé le contact avec l‘enfant grâce au docteur Alain Cantero, qui vient régulièrement soigner les nomades dans cette région. Neuf ans plus tard, elle est retournée voir Yönden. Aujourd’hui âgé de dix-sept ans, le jeune homme à charge de famille et habite dans la région du Khangaï¨du Sud, près de Kharkhorum. Le film montre dans sa vie familiale, ainsi que dans ses fonctions de chef d’expédition de la caravane.

Jeanne d’Arc de Mongolie

Fiction d’Ulrike Ottinger, 1989, 165 minutes.

Dernière apparition de Delphine Seyrig. Jeanne d’Arc de Mongolie est un film magique et surprenant. Du confort luxueux du transsibérien, où Delphine Seyrig séduit une jeune voyageuse, au campement d’une tribu mongole, où se retrouvent les sept femmes du train enlevées par des amazones sur les ordres d’une superbe princesse. Les ambiances feutrées du célèbre train laissent la place à l’exploration de paysages grandioses et d’une société matriarcale inattendue. Un Lawrence d’Arabie féministe et un ravissement au sens propre du terme.

Le tamir limpide (Tungalag tamir)

Fiction de Ravjaaguyn Dorjpalam, 1970, 100 minutes.

Un homme est chassé par son patron, victime de son honnêteté. Il part avec sa femme et son fils à la recherche d’un nouvel emploi. Il arrive chez un riche éleveur et devient son serviteur. Pour nourrir les siens, il doit accepter toutes sortes d’humiliations contre lesquelles il se révoltera. Cette épopée est une fresque de la société mongole des années 20.

Les cinq couleurs de l’arc-en-ciel

(Solongiin tavan oung) Fiction de B. Nagnaidorj, 1979, 85 minutes.

Sharav, l’un des plus célèbres peintres mongols, est tout d’abord initié en tant que jeune moine à la représentation picturale des divinités bouddhiques. Rapidement remarqué, il obtient la protection de riches mécènes. « Les trois jours de Mongolie » son œuvre la plus connue, représentation originale de la vie quotidienne, fait scandale. Tombé en disgrâce, sympathisant de la cause révolutionnaire, il sera réhabilité après des années par le nouveau pouvoir.

L’ombre (Suuder )

Fiction de Begzlin Bajinnyam, 1986, 89’, VOSTF

Nous sommes à la fin des années trente. Tsével, jeune femme veuve depuis la guerre, élève seule son fils Santag. Elle a une liaison avec Dougar, l’ami de toujours de son défunt mari. A présent, Tsével souhaite vivre avec Dougar malgré la ferme opposition de ses parents et le refus de Santag d’accueillir chez eux ce nouvel intrus. L’enfant reste persuadé que Dougar a tué son père pour pouvoir épouser sa mère.

Ulaanbaatar, tombeau des steppes

Documentaire de Marie-Pierre Jaury, 1998, 51 minutes.

Ulaanbaatar capitale de la Mongolie, 600 000 habitants. Trois femmes, Imée, Biamba et Horolsaren, trois âges de la vie, vivant chacune différemment cette même ville. Imée, grand-mère de la campagne, installée dans un quartier de yourtes depuis la mort de son mari, n’arrive pas à s’habituer à un rythme de vie urbain et moderne. Biamba, étudiante de 21 ans, citadine depuis toujours, reste partagée entre les coutumes traditionnelles, le rêve américain vu à la télé russe et les vieux magazines occidentaux. Horolsaren est une enfant des rues, qui erre dans cette ville sans référence ni identité.

Le garçon de la capitale (Niislel khuu)

Fiction de Bayandelgerlin Jamsran, 1989, 60 minutes.

Danshit vit avec sa famille à la campagne. Sa fille, Dulam Suren, a eu un enfant avec un vétérinaire de passage dans la région. Batkhishing, un jeune citadin devenu éleveur de chameaux est leur nouveau voisin. Il ne connaît rien à l’élevage, pas davantage aux chameaux, mais il a remarqué la belle Dulam Suren.

Les derniers hommes rennes de la taïga

Documentaire de Gwénaëlle Duriaud, 2001, 52 minutes.

Au Nord de la Mongolie, à plus de 2.000 mètres d’altitude vit un peuple nomade appelé "Tsaatan". Ce documentaire nous introduit au sein d’une famille composée de six frères et sœurs qui ne se sont jamais quittés. Derniers éleveurs de rennes de ces montagnes, ils nous livrent leurs secrets au fil de leurs activités quotidiennes. Le film rend hommage à un peuple amené à disparaître et nous rappelle qu’il existe encore des hommes capables de vivre autrement en toute sérénité.

L’aigle fier, le lutteur (Garid magnai)

Fiction de Jamyanguyn Buntar, 1983, 95 minutes.
Au XIXème, le jeune Delaï Tseren, doué d’une prodigieuse force, désire être initié à la lutte traditionnelle mongole. Il parcourt le pays à la recherche d’un maître. Il rencontre par hasard Ochin Zaan, un célèbre lutteur qui accepte de le prendre pour élève. Delaï Tseren ne tarde pas à se faire une renommée. A l’occasion de la fête traditionnelle des lutteurs, le Naadam, il succombe aux charmes de la belle Udval, fille d’un noble seigneur. Mais leur amour s’annonce impossible car Udval est promise en mariage au fils d’un riche seigneur.

State of dogs

Documentaire de Peter Brosens, Dorjkhandyn Turmunkh ,1997, 90 minutes.

Ce film est fondé sur une légende mongole, d’après laquelle les chiens, lorsqu’ils meurent, se réincarnent en êtres humains. Voilà ce que racontent, justement, des êtres humains. Mais les chiens, eux, sont-ils d’accord ? Le film nous présente le chien Baasar, avant et après sa mort… Documentaire ou fiction ? Par les images et le son, empruntés au réel, c’est certainement un documentaire, mais philosophique et des plus poétiques. En plus de nous présenter de façon inspirante le sujet des animaux errants en milieu urbain, ce film nous plonge dans une réflexion sur le mystère de l’existence et la complexité de la réalité. Une parabole universelle sur le destin que vient illustrer le folklore mongol.

Selon la volonte du ciel (Tengenriin sahil)

Fiction de Choymbolis Jumdaan, 1991, 85 minutes.
A la fin du XIXème siècle, deux sœurs et un frère sont séparés dans leur petite enfance. Leur père, peintre, leur a accroché autour du cou trois amulettes avant de mourir. Les années passent et le jeune homme rencontre une jeune fille dont il tombe amoureux. Cette dernière découvre trop tard, en voyant l’amulette qu’il porte au cou, que son amoureux n’est autre que son frère. Pour se repentir de (expier ?) ce péché impardonnable, ils décident de mener une vie très dure.

Le lien maternel (Khuin Kholboo)

(1992) de J. Binder
Tovuu épouse Yangin. Burmaa, son amie d’enfance, est très affectée par ce mariage et perd accidentellement la vue. Tovuu décide de lui faire un enfant afin qu’elle ait quelqu’un pour veiller sur elle plus tard. Mais Burmaa n’a pas les moyens d’élever cet enfant. Elle le confie donc à Tovuu et part vivre ailleurs. L’épouse de Tovuu s’occupera de l’enfant comme s’il était le sien.

C’est un thème universel qui est revisité ici, celui de l’amour maternel inconditionnel, mais aussi de l’amour d’un homme pour deux femmes qu’il chérit à sa manière de façon tout aussi intense, et c’est au final un amour fédérateur dont le vecteur est cet enfant, lui qui réalise un petit « miracle » en réconciliant les trois adultes.


Cassiopée - Agence de voyages réceptive en Mongolie
- - Voyages, treks, séjours et randonnées à cheval en Mongolie au meilleur prix - -
Sukhbaatar Duureg - 6-r khoroo – Zaluuchuudiin urgun chuluu 2/1 - Ulaan-Baatar - Mongolie
Tel. +976.11316193 - Pobox 733 - 211238 - Ulaan-Baatar - Mongolie
- - - - - - - - - - - - - -
Textes et photos - Tous droits réservés - Mongolie - 2005 - MAJ 03/2012 - CEJI
Partenaires : Randos à cheval en Argentine Voyages au Sahara en Tunisie